2020 Koukou, puits moderne à grand diamètre

KOUKOU (hameau de KANOUMA-DOGON)

Type : hameau de 450 habitants, essentiellement des Mossis, mais population en augmentation avec l’arrivée important de « Déplacés » depuis début mars 2020 , à une quinzaine de km au sud de Pel-Maoudé, situé entre les villages de DINNGA et de KANAMA. Hameau rural 365 ovins, 135 bovins 

Lieu : Dougoutene I, région de MoptiMaliSahelAfrique

Il existait un vieux puits traditionnel en train de s’effondrer, le plus proche point d’eau au cœur du village de Kanouma-Dogon est situé à 3 km, 45m à creuser en terrain tendre.

A la vue de ces photos, nous comprenons pourquoi les villageois souhaitaient être dotés d’un puits moderne à grand diamètre. Il se situe à proximité de l’ancien. Nous espérions que celui-ci ne s’effondre pas complètement d’ici la fin du chantier, d’autant qu’il fallait aussi puiser davantage d’eau du fait de l’arrivée des « Déplacés ». Il a tenu le temps des travaux. Les matériaux ont été livrés mercredi 11 mars 2020, 

Cérémonie d’inauguration le 14 mars 2020, réunissant les villageois, les autorités, le « vieux »,…et les représentants religieux.

Ghana, le puisatier – sourcier et chef maçon, le curé de la paroisse de Pel-Maoudé,                  le Maire,..

La première nappe d’eau a été atteinte le lundi de Pâques, autour de 38 m. Ils ont poursuivi en surcreusant.

Vous remarquerez le nombre de jeunes (voire très jeunes) participant aux travaux. Bravo à eux ! Sans eux, sans cette main-d’œuvre, le coût d’un puits serait presque doublé.

Vous noterez aussi les deux jeux de poulies, l’une dédiée à l’évacuation de  l’eau ou des gravats, l’autre pour assurer l’ouvrier au fond du puits qui est en train d’opérer. Au moment du surcreusement, le coulage du béton s’effectue 50 cm par 50 cm de hauteur au lieu de 1 m par 1 m. L‘évacuation de l’eau se fait par seau, pas de pompe. Nous sommes en période sèche, donc propice pour obtenir un tirant d’eau maximal, le surcreusement étant plus aisé.

L’ouvrage a été achevé pour le début du ramadan, les dernières photos ont été prises le dimanche 26 avril 2020, le ciment est encore frais ! 42° C à l’ombre, repos bien mérité ! Et une grande satisfaction et reconnaissance !

Le coût est conforme au devis soit 9 364 €.

——-> Retour sommaire rubrique « Puits » ——–>

——————————–> Retour « Page d’Accueil » ———————–>

localisation de nos réalisations

Dans un rayon de 15 km autour de Pel-Maoudé, commune rurale du cercle de Koro, région de Mopti au Mali

Dans un rayon de 25 à 30 km

Liste exhaustive des infrastructures réalisées depuis 2007, répartition géographique et administrative

Données, détails, localisation GPS sur chaque lieu

——————-Retour rubrique: « Où intervenons-nous ? ——->

——————————–> Retour « Page d’Accueil » ———————–>

Où intervenons-nous ?

Cliquez sur l’article de votre choix

Où intervenons-nous? Feuilletons ensemble l’Atlas. (De carte en carte, approche précise de notre zone d’activités, Pel-Maoudé en pays Dogon)

Localisation de nos réalisations (Localisations géographiques des infrastructures réalisées dans un rayon de 15 km autour de Pel-Maoudé, dans un rayon de 25 km, la répartition géographique et administrative de nos  ouvrages, localisation GPS,…)

——————————–> Retour « Page d’Accueil » ———————–>

Où intervenons nous? Feuilletons ensemble l’Atlas.

Notre lieu d’intervention privilégié se situe donc:

Au Mali, région de MOPTI, cercle de KORO, commune rurale de PEL-MAOUDé et communes voisines, KOPORO-Nà, KOPORO-PEN, DOUGOUTOUNé I et II, et KORO.

Pel-Maoudé se trouve dans la plaine du Séno, qui s’étend depuis le long de la frontière du Burkina Faso jusqu’au nord-est des plaines du Gondo et du Sourou, et se caractérise par une courte saison agricole, des sols arables à texture moyenne bien drainés et à fertilité naturelle moyenne, une végétation de type savane arborée. Climat de type sahélien, chaud et sec, avec des vents pendant la saison sèche, qui durent d’Octobre à Mai. Pluviométrie variable de 350 à 500 mm par an (pluies faibles et irrégulières).

Zone rurale en pleine zone Dogon : l’agriculture, pratiquée par les Dogons cultivateurs, est l’activité socio-économique prédominante, centrée sur les cultures céréalières du mil (près de 90% de la superficie cultivée), puis cultures de rente telles l’arachide, le niébé, le fonio. Le maraîchage, culture principalement à vocation vivrière, est faiblement pratiqué mais en cours de développement, assuré essentiellement par les femmes. L’élevage, pratiqué surtout par les Peuhls. L’artisanat (artisanat traditionnel : forgerons, cordonniers, potiers, tailleurs, menuisiers et métiers du bâtiment) et le commerce sont des activités secondaires.

Contexte hydrogéologique : les formations sédimentaires de couverture d’âge tertiaire du Séno-Gondo renferment une nappe libre dans les dépôts détritiques issus du démantèlement des grès conglomératiques précambriens (Plateau dogon) reposant en discordance sur le socle birrimien. Ces dépôts sableux récents ont des épaisseurs de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de mètres. L’essentiel de la ressource en eau est issu de la ‘nappe libre’ grâce à des puits et de quelques forages relativement profonds (35 à 80 m). La ‘nappe libre’  est réalimentée par la provenance d’eau d’une nappe fossile profonde remontant par les fractures du socle ancien très fissuré.

En savoir plus sur les données géologiques et climatiques de cette région

——— Retour rubrique: « Où intervenons-nous? ——->

——————————–> Retour « Page d’Accueil » ———————–>